Médicaments

Déjà vus

STRUCTOFLEX 625mg Gel Plq/60 Agrandir l'image

STRUCTOFLEX 625mg Boite de 60 gélules

3469192

Neuf

Soulagement des symptômes liés à une arthrose légère à modérée du genou.

Plus de détails

11,17 € TTC

En savoir plus

FORMES et PRÉSENTATIONS

Gélule à 625 mg (opaque, marron) : Boîte de 60, sous plaquettes thermoformées.

COMPOSITION

Glucosamine (DCI) 625 mg (sous forme de chlorhydrate de glucosamine : 750 mg/gél)

Excipients

stéarate de magnésium.

Enveloppe de la gélule : gélatine, oxyde de fer rouge (E 172), dioxyde de titane (E 171), oxyde de fer noir (E 172).

INDICATIONS

Soulagement des symptômes liés à une arthrose légère à modérée du genou.

POSOLOGIE ET MODE D'ADMINISTRATION

2 gélules (1250 mg de glucosamine) une fois par jour pour le soulagement des symptômes.

La glucosamine n'est pas indiquée pour le traitement des symptômes douloureux aigus.

Le soulagement des symptômes (en particulier de la douleur) peut n'apparaître qu'après plusieurs semaines de traitement, voire plus longtemps dans certains cas.

En l'absence de tout soulagement au bout de 2 ou 3 mois, la poursuite du traitement à la glucosamine doit être reconsidérée.

Les gélules doivent être avalées avec suffisamment d'eau. Les gélules peuvent être prises indifféremment pendant ou en dehors des repas.

Informations supplémentaires sur les populations spéciales :

Enfants et adolescents

Structoflex ne doit pas être utilisé chez l'enfant et l'adolescent en dessous de 18 ans en raison d'un manque de données concernant la sécurité et l'efficacité.

Personnes âgées

Aucune étude spécifique n'a été réalisée chez les personnes âgées, mais d'après l'expérience clinique, aucun ajustement de la dose n'est requis lors du traitement de patients âgés en bonne santé.

Insuffisance rénale et/ou hépatique

 Chez les patients atteints d'insuffisance rénale et/ou hépatique, aucune recommandation posologique ne peut être formulée car aucune étude n'a été réalisée dans cette population de patients.

CONTRE-INDICATIONS

Hypersensibilité connue à la glucosamine ou à l'un des excipients.

Patients allergiques aux crustacés car la substance active est extraite de ceux-ci.

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

Un médecin doit être consulté pour écarter la présence d'une lésion articulaire pour laquelle il convient d'envisager un autre traitement.

Chez les patients présentant une intolérance au glucose, il est recommandé de contrôler les niveaux de glucose sanguin et, si nécessaire, les besoins en insuline avant le début du traitement et à intervalles réguliers au cours du traitement.

Chez les patients présentant un facteur de risque connu de maladie cardiovasculaire, le contrôle des lipides sanguins est recommandé, une hypercholestérolémie ayant été observée chez certains patients traités à là glucosamine.

Des symptômes d'asthme exacerbés, apparus après l'initiation du traitement à la glucosamine, ont été rapportés (les symptômes ont disparu après la cessation du traitement à la glucosamine).

Les patients asthmatiques commençant un traitement à la glucosamine doivent donc être conscients du risque d'une aggravation des symptômes.

INTERACTIONS

Interactions médicamenteuses

Les données sur d'éventuelles interactions médicamenteuses avec la glucosamine sont limitées, mais des cas de potentialisation de l'effet des anticoagulants de type coumarinique (par exemple, la warfarine) en cas d'administration concomitante de glucosamine ont été rapportés.

Les patients traités aux anticoagulants à base de coumarine doivent donc être surveillés de près lorsqu'ils commencent ou terminent un traitement à base de glucosamine.

La prise concomitante de glucosamine peut augmenter l'absorption et la concentration sérique des tétracyclines, mais l'importance clinique de cette interaction semble limitée.

En raison de l'insuffisance des données sur les éventuelles interactions médicamenteuses avec la glucosamine, il convient en règle générale d'être vigilant quant à une perturbation de la réponse aux médicaments pris concomitamment ou à une concentration anormale de ceux-ci.

FERTILITÉ / GROSSESSE / ALLAITEMENT 

Grossesse

Il n'existe pas de données suffisamment pertinentes concernant l'utilisation de la glucosamine chez la femme enceinte.

Les études chez l'animal n'ont pas fourni de données suffisantes. Structoflex ne doit donc pas être utilisé pendant la grossesse.

Allaitement

Aucune donnée n'est disponible sur l'excrétion de la glucosamine dans le lait humain.

L'utilisation de la glucosamine pendant l'allaitement est donc déconseillée en raison de l'absence de données sur la sécurité du nourrisson.

CONDUITE et UTILISATION DE MACHINES

Les effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines n'ont pas été étudiés.

En cas de vertiges ou de somnolence, il est déconseillé de conduire un véhicule et d'utiliser des machines.

EFFETS INDÉSIRABLES

Les effets indésirables les plus fréquemment associés au traitement à la glucosamine sont les nausées, les douleurs abdominales, les troubles de la digestion, la constipation et la diarrhée.

Des cas de céphalées, de fatigue, d'éruption cutanée, de prurit et de bouffées vasomotrices ont été rapportés. Les effets indésirables rapportés sont généralement légers et transitoires.

La fréquence des effets indésirables est classée par système de classe/organe selon l'ordre suivant : fréquent ( 1/100 à < 1/10), peu fréquent ( 1/1000 à < 1/100), rare ( 1/10 000 à < 1/1000), fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles).

Affections du système nerveux : Céphalée, fatigue, Vertiges

Affections gastro-intestinales : Nausées, douleur abdominale, indigestion, diarrhée, constipation, Vomissement

Affections de la peau et du tissu sous-cutané : Éruption cutanée, prurit, bouffée vasomotrice, Œdème angioneurotique, urticaire

Affections d'ordre général et état au site d'administration : Œdème, œdème périphérique

Affections d'ordre hépatobiliaire : Augmentation des enzymes hépatiques et jaunisse

Patients diabétiques 

Détérioration du contrôle glycémique chez les patients diabétiques, dont la fréquence n'est pas connue.

Déclaration des effets indésirables suspectés 

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance. Site internet : www.ansm.sante.fr.

SURDOSAGE 

Les signes et symptômes d'un surdosage accidentel ou volontaire en glucosamine peuvent comprendre des céphalées, des vertiges, une désorientation, des arthralgies, des nausées, des vomissements, des cas de diarrhée ou de constipation.

En cas de surdosage, le traitement par la glucosamine doit être interrompu et les mesures habituelles doivent être mises en œuvre selon les besoins.

Un cas de surdosage a été rapporté chez une fillette de 12 ans qui avait pris, par voie orale, 28 g de chlorhydrate de glucosamine. Elle a présenté des arthralgies, des vomissements et une désorientation, dont elle a totalement récupéré. 

PHARMACODYNAMIE

Classe pharmacothérapeutique :

autres agents anti-inflammatoires et antirhumatismaux, non stéroïdiens.

La glucosamine est une substance endogène, un constituant normal des chaînes de polysaccharides de la matrice du cartilage et des glycosaminoglycanes du liquide synovial.

Des études in vitro et in vivo ont montré que la glucosamine stimule la synthèse des protéoglycanes et des glycosaminoglycanes physiologiques par les chondrocytes, et de l'acide hyaluronique par les synoviocytes.

Le mécanisme d'action de la glucosamine chez l'homme n'est pas connu.

Le délai d'apparition de la réponse ne peut être évalué.

PHARMACOCINÉTIQUE 

La glucosamine est une molécule relativement petite (masse moléculaire 179), qui se dissout facilement dans l'eau et est soluble dans les solvants organiques hydrophiles.

Les informations disponibles sur la pharmacocinétique de la glucosamine sont limitées.

La biodisponibilité absolue n'est pas connue.

Le volume de distribution est d'environ 5 litres et la demi-vie après administration par voie intraveineuse est d'environ 2 heures. 38 % environ d'une dose intraveineuse est excrétée dans l'urine sous forme inchangée.

SÉCURITE PRÉCLINIQUE 

La D-glucosamine a une faible toxicité aiguë. Il n'existe aucune donnée relative aux essais de toxicité effectué chez l'animal en administration répétée, en reprotoxicité, en mutagénicité et en carcinogénicité.

Les résultats des études in vitro et in vivo chez les animaux ont montré que la glucosamine réduit la sécrétion d'insuline et induit une résistance à l'insuline probablement via l'inhibition de la glucokinase dans les cellules bêta.

La pertinence clinique de cette observation n'est pas connue. 

MODALITÉS DE CONSERVATION 

Durée de conservation : 3 ans.

A conserver à une température ne dépassant pas 30 °C.