Médicaments

Promotions

Déjà vus

DIFFU-K Chlorure de potassium Boite de 40 gélules Agrandir l'image

DIFFU-K Chlorure de potassium Boite de 40 gélules

3290599

Neuf

Traitement des hypokaliémies, en particulier médicamenteuses (salidiurétiques, corticoïdes, laxatifs).

Plus de détails

Ce produit n'est plus en stock

2,78 € TTC

En savoir plus

L’avis d’Emma sur le DiffuK :

Pour un déficit en potassium, utiliser 1 comprimé pa jour de Diffu K mais n'oubliez pas celui-ci reste un médicament donc il ne faut pas en abuser.

FORMES et PRÉSENTATIONS

Gélule à 600 mg (jaune et blanc) : Boîte de 40.

COMPOSITION 

par gélule : Chlorure de potassium micro-encapsulé*  600 mg

Excipients : stéarate de magnésium, laurylsulfate de sodium. Enveloppe de la gélule : gélatine, dioxyde de titane (E 171), oxyde de fer jaune (E 172). Calibrage : n° 0.
Teneur en potassium : 8 mEq par gélule.

* Composition du potassium microencapsulé : chlorure de potassium (80 à 90 %), éthylcellulose (20 à 10 %), adjuvants intermédiaires de microencapsulation : cyclohexane, polyéthylène C10.

INDICATIONS 

Traitement des hypokaliémies, en particulier médicamenteuses (salidiurétiques, corticoïdes, laxatifs).

POSOLOGIE ET MODE D'ADMINISTRATION 

Traitement préventif :2 à 3 gélules par jour, soit 16 à 24 mmol (mEq/j).Coût du traitement journalier : 0,14 à 0,21 euro(s).

Traitement curatif :5 à 12 gélules par jour, soit 40 à 96 mmol (mEq/j).Coût du traitement journalier : 0,35 à 0,83 euro(s).

CONTRE-INDICATIONS 

Hyperkaliémie ou toute situation pouvant entraîner une hyperkaliémie, en particulier :insuffisance rénale, syndromes addisoniens, diabète non contrôlé (car acidose métabolique), myotonie congénitale, traitement concomitant par un diurétique épargneur de potassium seul ou associé (sauf sous contrôle strict de la kaliémie).

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI 

Précautions d'emploi :

Contrôle de la kaliémie avant et pendant le traitement. Utiliser avec prudence chez le sujet âgé. La prise de ce médicament avec la ciclosporine, le tacrolimus, les inhibiteurs de l'enzyme de conversion ou les antagonistes de l'angiotensine II est déconseillée (cf Interactions).

INTERACTIONS 

Interactions médicamenteuses :

Médicaments hyperkaliémiants :Certains médicaments ou classes thérapeutiques sont susceptibles de favoriser la survenue d'une hyperkaliémie : les sels de potassium, les diurétiques hyperkaliémiants, les inhibiteurs de l'enzyme de conversion, les antagonistes de l'angiotensine II, les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les héparines (de bas poids moléculaire ou non fractionnées), les immunosuppresseurs comme la ciclosporine ou le tacrolimus, le triméthoprime.

L'association de ces médicaments majore le risque d'hyperkaliémie. Ce risque est particulièrement important avec les diurétiques épargneurs de potassium, notamment lorsqu'ils sont associés entre eux ou avec des sels de potassium, tandis que l'association d'un IEC et d'un AINS, par exemple, est à moindre risque dès l'instant que sont mises en oeuvre les précautions recommandées.

Pour connaître les risques et les niveaux de contrainte spécifiques aux médicaments hyperkaliémiants, il convient de se reporter aux interactions propres à chaque substance.

Toutefois, certaines substances, comme le triméthoprime, ne font pas l'objet d'interactions spécifiques au regard de ce risque. Néanmoins, ils peuvent agir comme facteurs favorisants lorsqu'ils sont associés à d'autres médicaments déjà mentionnés dans ce chapeau.

Contre-indiquées :

Cf Contre-indications.
Diurétiques épargneurs de potassium (seuls ou associés) : amiloride, canrénone, spironolactone, triamtérène : hyperkaliémie potentiellement létale, notamment chez l'insuffisant rénal (addition des effets hyperkaliémiants). Contre-indiqué sauf s'il existe une hypokaliémie.

Déconseillées :

Cf Mises en garde et Précautions d'emploi.
Inhibiteur de l'enzyme de conversion, antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II, ciclosporine, tacrolimus : hyperkaliémie potentiellement létale, surtout lors d'une insuffisance rénale (addition des effets hyperkaliémiants). Éviter cette association sauf s'il existe une hypokaliémie préalable.

FERTILITÉ / GROSSESSE / ALLAITEMENT 

Compte tenu des données disponibles, l'utilisation chez la femme enceinte ou qui allaite est possible.

EFFETS INDÉSIRABLES 

Hyperkaliémie (avec risque de mort subite) : celle-ci est à prévenir par le contrôle de la kaliémie (cf Contre-indications, Mises en garde et Précautions d'emploi). A forte dose, possibilité d'ulcération gastroduodénale.

Certaines observations d'ulcération du grêle ont été rapportées avec certaines formes orales solides. Le risque ulcérogène est réduit du fait de la dispersion et de la dissolution lente des microcapsules de KCl.

SURDOSAGE 

Le surdosage expose au risque d'hyperkaliémie.

Traitement symptomatique en milieu hospitalier.

PHARMACODYNAMIE 

Supplémentation potassique :  Sur le plan biologique, une hypokaliémie inférieure à 3,6 mmol/l (mEq) indique une carence en potassium. Cette carence peut être d'origine :digestive : diarrhées, vomissements, laxatifs stimulants ; rénale : par augmentation de l'excrétion urinaire en cas de maladie tubulaire, congénitale ou lors d'un traitement par salidiurétiques, corticoïdes ou amphotéricine B (IV), par consommation abusive d'alcalins ou de dérivés de la réglisse ; endocrinienne : hyperaldostéronisme primaire (relève d'un traitement étiologique).

Cette carence potassique, quand elle est symptomatique, se traduit par : fatigabilité musculaire, pseudoparalysies, crampes et modifications de l'ECG, troubles de la repolarisation et hyperexcitabilité ventriculaire. L'ion chlorure : son apport permet de corriger l'alcalose métabolique souvent associée à l'hypokaliémie. La dispersion des microcapsules et la dissolution lente du KCl réduisent le risque d'une action ulcérogène du chlorure de potassium.

PHARMACOCINÉTIQUE 

Les microcapsules de KCl contenues dans les gélules de Diffu-K :sont dispersées à l'intérieur de la lumière digestive, ce qui limite les concentrations au contact de la muqueuse ; sont dissoutes lentement et libèrent en 10 heures le chlorure de potassium en solution. Cette dissolution lente est indépendante du pH du milieu.

L'élimination du produit se fait essentiellement par voie urinaire (75 % de la quantité absorbée). L'excrétion est diminuée en cas d'insuffisance rénale avec possibilité d'hyperkaliémie.

SÉCURITE PRÉCLINIQUE 

L'administration orale de chlorure de potassium microencapsulé chez le rat et le chien pendant 13 semaines à des doses 20 fois supérieures à la dose thérapeutique maximale envisagée chez l'homme n'a pas causé d'ulcération des muqueuses gastrique et intestinale.

Chez le rat et le chien, l'administration de chlorure de potassium microencapsulé n'a pas affecté leur croissance pondérale, ni leur comportement, leur crase sanguine, leurs fonctions hépatique et rénale, ou la structure histologique de leurs principaux organes. Cela n'a pas non plus affecté significativement leur activité électrique cardiaque.

Chez le singe cynomolgus, le pouvoir d'irritation gastro-intestinale des différentes présentations de chlorure de potassium étudiées n'a pas produit d'irritation du tube digestif susceptible d'être décelée par un examen macroscopique ou microscopique.

MODALITÉS DE CONSERVATION 

Durée de conservation :3 ans.

Pas de précautions particulières de conservation.

MODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION 

Pas d'exigences particulières.

PRESCRIPTION / DÉLIVRANCE / PRISE EN CHARGE 

AMM 3400932905997 (1983, RCP rév 19.06.2012).

Prix : 2,77 euros (40 gélules).