Médicaments

Déjà vus

OMACOR Capsules moles Boite de 28 Agrandir l'image

OMACOR Capsules moles Boite de 28

3570258

Neuf

Post-infarctus du myocarde : Traitement adjuvant en prévention secondaire de l'infarctus du myocarde, en association aux traitements de référence.

Hypertriglycéridémies : Hypertriglycéridémies endogènes, en complément d'un régime dont la prescription seule s'est révélée insuffisante pour fournir une réponse adéquate.

Plus de détails

13,62 € TTC

En savoir plus

FORMES et PRÉSENTATIONS 

Capsule molle (oblongue ; en gélatine transparente contenant une huile jaune pâle) : Flacon de 28.

COMPOSITION 

par capsule : Esters éthyliques d'acides oméga-3 à 90 %  1 g
(comprenant des esters éthyliques d'acide eicosapentaénoïque [EPA : 46 %] et de l'acide docosahexaénoïque [DHA : 38 %] : 840 mg/caps)

Excipients : Antioxydant : alpha-tocophérol (4 mg/capsule), qui peut être mélangé à de l'huile de soja. Enveloppe de la capsule : gélatine, glycérol, eau purifiée.

INDICATIONS 

Post-infarctus du myocarde : Traitement adjuvant en prévention secondaire de l'infarctus du myocarde, en association aux traitements de référence (incluant les statines, les antiagrégants plaquettaires, les bêtabloquants et les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine).

Hypertriglycéridémies : Hypertriglycéridémies endogènes, en complément d'un régime dont la prescription seule s'est révélée insuffisante pour fournir une réponse adéquate :Type IV en monothérapie. Type IIb/III en association avec les statines, lorsque le contrôle des triglycérides est insuffisant.

POSOLOGIE ET MODE D'ADMINISTRATION 

Post-infarctus du myocarde :1 capsule molle par jour.Coût du traitement journalier : 0,94 euro(s).

Hypertriglycéridémies :La dose quotidienne initiale recommandée est de 2 capsules molles. En l'absence de réponse adéquate, la dose peut être augmentée à 4 capsules molles par jour.Coût du traitement journalier : 1,88 à 3,76 euro(s).

Il est recommandé d'ingérer les capsules molles au moment des repas afin d'éviter les troubles gastro-intestinaux.
On ne dispose d'aucune information sur l'utilisation d'Omacor chez l'enfant, chez les patients âgés de plus de 70 ans ou chez l'insuffisant hépatique (cf Mises en garde et Précautions d'emploi). Uniquement une information limitée sur l'utilisation d'Omacor chez l'insuffisant rénal est disponible.

CONTRE-INDICATIONS 

Hypersensibilité à la substance active, au soja ou à l'un des excipients.

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI 

Mises en garde :

L'augmentation modérée du temps de saignement (en particulier avec la forte posologie à 4 capsules molles) doit conduire à surveiller les malades traités par anticoagulants et à adapter la posologie de ces derniers en cas de besoin (cf Interactions).

La prescription de ce médicament ne dispense pas de la surveillance habituelle nécessaire chez ce type de patients. Chez les patients présentant un risque hémorragique important (traumatisme sévère, intervention chirurgicale...), tenir compte de l'augmentation du temps de saignement. 

En l'absence de données d'efficacité et de sécurité, l'utilisation chez l'enfant est déconseillée. 

Omacor n'est pas indiqué dans les hypertriglycéridémies exogènes (hyperchylomicronémies de type I). Il n'existe qu'une expérience limitée dans les hypertriglycéridémies endogènes secondaires (en particulier dans le diabète non équilibré). Aucune donnée en association avec les fibrates n'est disponible dans le traitement des hypertriglycéridémies.

Précautions d'emploi :

Une surveillance hépatique régulière (dosage des ASAT et ALAT) sera effectuée chez les patients ayant une dysfonction hépatique (en particulier avec la forte dose de 4 capsules molles).

INTERACTIONS 

Interactions médicamenteuses :

Anticoagulants oraux (cf Mises en garde et Précautions d'emploi).
Omacor a été associé à la warfarine sans complications hémorragiques.
Néanmoins, lorsque Omacor est associé à la warfarine ou lorsque le traitement par Omacor est retiré de l'association, le taux de prothrombine doit être vérifié.

FERTILITÉ / GROSSESSE / ALLAITEMENT

Grossesse :

Il n'existe pas de données suffisamment pertinentes concernant l'utilisation d'Omacor chez la femme enceinte. Des études chez l'animal n'ont pas mis en évidence une toxicité sur la reproduction.

Le risque potentiel en clinique n'est pas connu et, par conséquent, Omacor ne doit pas être utilisé pendant la grossesse à moins d'une nécessité absolue.

Allaitement :

Il n'existe aucune donnée sur l'excrétion d'Omacor dans le lait chez l'animal et chez la femme. Omacor ne doit pas être utilisé pendant l'allaitement.

EFFETS INDÉSIRABLES 

Les fréquences des effets indésirables sont classées comme suit : fréquent (> 1/100, < 1/10), peu fréquent (> 1/1000, < 1/100), rare (> 1/10 000, < 1/1000), très rare (< 1/10 000), y compris cas isolés.

Infections : Peu fréquent : gastroentérite.

Affections du système immunitaire : Peu fréquent : hypersensibilité.

Troubles du métabolisme et de la nutrition : Rare : hyperglycémie.

Affections du système nerveux : Peu fréquent : vertiges, dysgueusie. Rare : céphalées.

Affections vasculaires : Très rare : hypotension.

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales : Très rare : sécheresse nasale.

Affections gastro-intestinales : Fréquent : dyspepsie, nausées. Peu fréquent : douleur abdominale, troubles gastro-intestinaux, gastrite, douleur abdominale haute. Rare : douleur gastro-intestinale. Très rare : hémorragie gastro-intestinale basse.

Affections hépatobiliaires : Rare : troubles hépatiques.

Affections de la peau et du tissu sous-cutané : Rare : acné, prurit. Très rare : urticaire.

Troubles généraux et anomalies au site d'administration : Rare : sensation de malaise.

Investigations :Très rare : augmentation des taux sanguins en globules blancs, augmentation des taux sanguins de lactate déshydrogénase. Une élévation modérée des transaminases a été rapportée chez les patients hypertriglycéridémiques.

SURDOSAGE 

Il n'y a aucune recommandation particulière. Administrer un traitement symptomatique.

PHARMACODYNAMIE 

Classe pharmacothérapeutique : autres hypocholestérolémiants et hypotriglycéridémiants (code ATC : C10AX06).

Les acides gras polyinsaturés de la série Oméga-3, acide eicosapentaénoïque (EPA) et acide docosahexaénoïque (DHA), sont des acides gras essentiels.

Omacor a un effet sur les lipides sériques, entraînant une baisse du taux de triglycérides secondaire à la baisse des VLDL (lipoprotéines de très faible densité), ainsi que sur l'hémostase et la pression artérielle.

Omacor diminue la synthèse hépatique des triglycérides car l'EPA et le DHA sont de mauvais substrats pour les enzymes de la synthèse des triglycérides et inhibent l'estérification d'autres acides gras.

L'augmentation de la ß-oxydation des acides gras dans les peroxysomes hépatiques contribue également à la diminution des triglycérides en réduisant la quantité d'acides gras libres disponibles pour leur synthèse. L'inhibition de cette synthèse conduit à une diminution des VLDL.

Omacor augmente le LDL-cholestérol chez certains patients souffrant d'hypertriglycéridémie. L'augmentation des taux de HDL-cholestérol est modeste, significativement plus faible que celle observée après administration de fibrates, et non constante.

L'effet hypolipémiant à long terme (au-delà de 1 an) n'est pas connu.

Par ailleurs, il n'existe pas de preuve formelle que la diminution des triglycérides réduise le risque coronarien.

Au cours du traitement par Omacor, la production de thromboxane A2 est diminuée et le temps de saignement est légèrement augmenté. Aucun effet significatif sur d'autres facteurs de la coagulation n'a été observé.

Dans l'étude Gissi Prevenzione, 11 324 patients ayant eu un infarctus du myocarde récent (< 3 mois), et recevant un traitement préventif recommandé associé à un régime méditerranéen, ont été randomisés de façon à recevoir Omacor (n = 2836), vitamine E (n = 2830), Omacor + vitamine E (n = 2830), ou pas de traitement (n = 2828).

L'étude Gissi Prevenzione est une étude multicentrique, randomisée, en ouvert, réalisée en Italie. Les résultats observés durant les 3,5 ans de suivi avec Omacor 1 g/jour ont montré une diminution significative du premier critère principal composite incluant la mortalité toutes causes confondues, les infarctus du myocarde non mortels et les accidents vasculaires cérébraux non mortels (diminution du risque relatif de 15 % [2-26], p = 0,0226, chez les patients prenant Omacor seul par comparaison au groupe contrôle, et de 10 % [1-18], p = 0,0482, chez les patients prenant Omacor associé ou non à la vitamine E).

Une diminution des composants du second critère principal prédéfini incluant la mortalité cardiovasculaire, les infarctus du myocarde non mortels et les accidents vasculaires cérébraux non mortels a été mise en évidence (diminution du risque relatif de 20 % [5-32], p = 0,0082, chez les patients prenant Omacor seul par comparaison au groupe contrôle, diminution du risque relatif de 11 % [1-20], p = 0,0526, chez les patients prenant Omacor associé ou non avec la vitamine E).

L'analyse secondaire de chacun des composants des critères principaux a montré une diminution significative de la mortalité toutes causes confondues et de la mortalité cardiovasculaire, sans toutefois montrer de réduction des événements cardiovasculaires non mortels ou des accidents vasculaires cérébraux mortels ou non mortels.

PHARMACOCINÉTIQUE 

Au cours de l'absorption et après celle-ci, les acides gras de la série Oméga-3 sont immédiatement métabolisés selon trois voies principales :les acides gras sont d'abord transportés vers le foie où ils sont incorporés à différentes catégories de lipoprotéines, avant d'être envoyés vers les réserves lipidiques périphériques ; les phospholipides de la membrane cellulaire sont remplacés par les phospholipides des lipoprotéines et les acides gras peuvent alors agir comme des précurseurs pour divers eicosanoïdes ; la majeure partie est oxydée afin de satisfaire les besoins en énergie.

La concentration en acides gras de la série Oméga-3, EPA et DHA, dans les phospholipides plasmatiques correspond à l'EPA et au DHA incorporés au niveau des membranes cellulaires.

Les études de pharmacocinétique animale ont mis en évidence l'hydrolyse complète de l'ester éthylique accompagnée d'une absorption correcte et de l'incorporation de l'EPA et du DHA dans les phospholipides plasmatiques et les esters de cholestérol.

SÉCURITE PRÉCLINIQUE 

Il n'existe aucune donnée pertinente sur la sécurité d'emploi chez l'homme à la posologie quotidienne recommandée.

MODALITÉS DE CONSERVATION 

Durée de conservation :3 ans.

A conserver à une température ne dépassant pas 25 °C.

Ne pas congeler.

PRESCRIPTION / DÉLIVRANCE / PRISE EN CHARGE 

AMM 3400935702586 (1995, RCP rév 18.02.2010).